Avant le départ de cette aventure, j’avais en tête l’idée d’écrire un billet de blogue à tous les jours décrivant la route parcourue, les attraits vus et les aventures vécues. Après une première journée chaotique, j’ai changé mon fusil d’épaule en préférant me concentrer complètement sur mon rôle d’accompagnateur. Je condense donc l’ensemble du voyage dans ce billet.

Préambule

Octobre 2016

Premier voyage avec Voyages Gendron à Majorque. Je découvre deux accompagnateurs super sympathiques avec qui je me lie rapidement d’amitié. À la fin du voyage on m’approche pour me demander si j’aimerais accompagner des voyages à vélo. Quelques semaines plus tard, je passe en entrevue chez Voyages Gendron. Vous pouvez lire mes billets ici.

Avril 2017

Je retourne en voyage de vélo avec Voyages Gendron. Cette fois-ci, direction Tucson, Arizona. Un super séjour avec un des guides du voyage précédent. Que du plaisir à rouler dans le désert.

Mars 2018

De retour à Majorque; sur la côte Nord, à Port de Pollença, pour un camp de triathlon. Je reconnais les routes empruntées en 2016. Malheureusement, la température n’est pas de notre côté cette semaine-là. Ce n’est que partie remise. Vous pouvez lire mes billets ici.

Mars 2019

J’avais booké un camp d’entraînement de triathlon avec Voyages Gendron à la fin mars. Le voyage a été annulé par manque de participants. Quelques jours après, je reçois un courriel de l’agence me demandant si j’aimerais être accompagnateur pour le voyage de vélo à Majorque. Je déplace donc mes vacances d’une semaine et c’est réglé. Je roulerai donc à Majorque, cette île pour cyclistes, pour une troisième fois. Un mal pour un bien!

Jour 1 – Le voyagement, un mal nécessaire

Tout le plaisir du voyage est pris en sandwich entre deux tranches dont je me passerais, le transport. J’appréhendais déjà la correspondance à Munich de 50 minutes. Aïe, c’est serré. Eh bien voilà, alors que l’avion n’a toujours pas quitté à l’heure la porte d’embarquement à Montréal, dès le moment où le commandant de bord nous annonce qu’on devra passer à la baie de dégivrage, j’ai compris qu’on manquerait notre correspondance.

Il y a 30 cyclistes du groupe dans l’avion et quand la porte de l’avion s’ouvre à Munich pour débarquer tout ce beau monde, c’est chacun pour soi. Alors que je me rends au comptoir du service à la clientèle de Lufthansa pour me faire rebooker sur un autre vol pour Palma de Majorque, on me dit que plusieurs membres du groupe, débarqués de l’avion avant moi, sont déjà bookés sur un vol MUC-FRA et FRA-PMI. On m’offre un vol MUC-PMI avec Eurowings. Je décide de le prendre pour arriver plus tôt et coordonner, avec l’aide de l’autre accompagnateur déjà à Majorque, les transports de l’aéroport vers l’hôtel.

Fast-forward plusieurs heures plus tard. Pour faire une histoire courte, alors qu’on aurait dû arriver à l’hôtel vers 13h, nous arrivons à 19h30 après une journée éreintante.

Jour 2 – Cala Pi comme mise en jambe

La première journée de vélo a été une petite randonnée de 68 km sur un parcours plat (pour moi, c’est du plat, pas pour tous). J’apprends à connaître les 30 participants au voyage. C’est le fun de rencontrer et échanger avec les autres. Tous ont un vécu différent expliquant nos différentes façons de voir les choses. Ça permet de réviser certaines opinions, apprendre à connaître d’autres milieux de vie. Bref, on s’ouvre les oeillères quand on prend le temps d’écouter activement.

View this post on Instagram

Randonnée #véloderoute à #calapi

A post shared by Hugues Bonin (@hugues_tri) on

Jour 3 – Valldemossa

Ah! Valldemossa, village toujours aussi beau avec son monastère où Frédéric Chopin y passa l’hiver 1838-39. Ce midi, à notre arrivée, les terrasses sont déjà envahies par les cyclistes affamés.

Après la descente du village de Valldemossa

Jour 4 – Côte Ouest

Une longue journée avec pas mal de dénivelé mais ô combien magnifique. Quelques cols à monter mais surtout une belle vue sur la mer du haut des falaises de la Serra de Tramuntana.

Magnifique vue de la Côte Ouest

Jour 5 – Centre-Est

Début de journée pluvieux, on décide d’offrir une modification au parcours original (Soller) pour éviter la descente du Coll de Soller sur du bitume humide. Je ne suis pas fâché de découvrir cette partie de l’île. Un vieux sage nous invite à passer à la terrasse arrière d’un resto nous offrant une vue époustouflante sur l’est de Majorque.

Espresso avec vue!

Avant de quitter S’Arenal, Martin et moi, faisons un arrêt obligé, un pèlerinage en quelque sorte, au Rapha Clubhouse de Mallorca.

Jour 6 – Transfert et avant-goût du Cap de Formentor

En avant-midi, on quitte le sud de l’île et S’Arenal pour se diriger vers Port d’Alcudia, plus spécifiquement Playa de Muro. Le transfert et l’enregistrement à l’hôtel se font rapidement. Une fois installé dans nos chambres, il fait beau, on serait fou de ne pas en profiter pour aller rouler un peu! On décide de préparer notre journée du lendemain en faisait une avant-première vers le Cap de Formentor. On s’arrête au mirador avant de faire demi-tour.

Mirador Es Colomer

Jour 7 – Cap de Formentor

Ayant déjà roulé au Cap de Formentor deux fois, j’avais des appréhensions. J’ai eu quelques frousses lors de mes deux sorties précédentes; de fortes rafales de vents s’amusaient avec moi en faisant vaciller mon vélo sur la route.

Cette fois, un beau soleil, le vent est calme, bonheur total! J’ai pu apprécier la beauté de ce bras de terre qui s’avance dans l’océan. De toute beauté. En plus, presque pas d’automobiles stationnés le long de la montée finale vers le phare, symbole immanquable de Majorque. Une autre journée inoubliable sur l’île qui nous en donne tellement depuis notre arrivée.

Jour 8 – Sa Calobra

La voilà notre journée ultime! J’avoue que l’autre accompagnateur et moi étions un peu nerveux en prévision de cette randonnée. Est-ce que tout le monde suivra? Près de 115 km avec 3 cols au menu dont le fameux Coll dels Reis par ses deux côtés dont Sa Calobra. Au final, tout le monde a apprécié l’effort et est revenu à l’hôtel fatigué mais avec des souvenirs plein la tête.

Jour 9 – Le Monastère

Alors que la randonnée initiale s’appelle « 2 monastères », on décide de former un petit groupe qui se contentera d’un seul monastère et d’une journée de vélo écourtée. J’avoue que je ne suis pas fâché de ce répit.

Jour 10 – Puig Major

Dernière journée de vélo. Déjà. On se lance dans un périple où nous devrons traverser deux tunnels. Contrairement à celui de Cap de Formentor, ceux-ci sont éclairés, mais plus long.

Tunnels de Puig Major

Jour 11 – Le retour

Toute bonne chose a une fin. Nous passons une très longue journée de voyagement qui débute par un réveil à 6AM (minuit heure du Québec) pour arriver à la maison à 20h. On parle donc de vingt heures sans dormir car je ne suis jamais arrivé à dormir en avion. Bien voilà, c’était le compte-rendu de mon troisième séjour à Majorque. Je suis encore déterminé à retourner dans ce paradis cycliste.