Suite à la 1re partie, voici d’autres métriques d’entrainement.

Indice de variabilité (VI)

Les accélérations sont plus taxantes sur le système comparé à un effort soutenu. Cette métrique vous démontre à quel point votre effort a été stable sur l’ensemble de votre séance. Cette donnée est très importante pour les triathlons et contre-la-montre.

L’indice de variabilité (Variability Index) est calculé en divisant votre puissance normalisée (NP) par votre puissance moyenne. Une bonne valeur qui représente un effort bien géré tourne autour de 1.05 de VI ou moins.

Si votre VI est plus haut, considérez des intervalles de pacing dans vos entrainements. Par exemple, sur un parcours vallonné, tenter de conserver la même puissance.

Facteur d’efficacité (EF)

Cette métrique mesure l’efficacité de votre corps. Qu’est-ce qui est efficace? Vous êtes efficace lorsque vous dépensez peu (faible fréquence cardiaque, perception facile de l’effort) pour aller rapidement (puissance). Quand vous êtes efficace, vous effectuer des bons mouvements donc, il y a peu de perte d’énergie.

Sources d’inefficacité

Natation

  • Position de la tête: non déposée, trop profonde, bouge avec le corps
  • Jambes qui calent
  • Kick : mauvaise technique, genou qui flex trop, pieds à 90 degrés

Vélo

  • Vêtements amples
  • Position non aérodynamique
  • Chaîne sale
  • Patins de frein qui frottent sur la jante
  • Technique déficiente : peur en descente/montée, trajectoires en virage

Course

  • Mouvement des bras autre que avant-arrière
  • Atterrissage sur les talons (freine la vitesse)
  • Mouvement vertical du corps

Ça se calcule en divisant le résultat de votre travail (puissance ou rythme) par l’effort fourni (fréquence cardiaque). Ce chiffre ne sert pas de comparaison avec d’autres athlètes. Il sert plutôt de point de comparaison avec vous-même lorsque vous effectuer un entrainement similaire sur le même parcours. Vous saurez analyser si votre rendement s’améliore avec le temps.

Découplage (Pw:Hr/Pa:Hr)

Plus la séance avance, plus l’athlète se fatigue. Pour une fréquence cardiaque donnée, son rythme/puissance va diminuer avec le temps. S’il désire conserver le même rythme ou puissance, il devra hausser son effort, donc ses fréquences cardiaques.

Pour évaluer votre forme aérobique sur une durée déterminée, on peut utiliser le découplage. Il s’agit du ratio de puissance sur la fréquence cardiaque divisé par le rythme sur la fréquence cardiaque.

Le découplage est la comparaison du facteur d’efficacité de la première et de la deuxième moitié de la séance. Cette comparaison donne un pourcentage qui représente la baisse d’efficacité d’une moitié à l’autre. En règle générale, vous recherchez une baisse de 5% ou moins d’efficacité.