La meilleure façon que j’ai trouvé de faire de la course un mode de vie est de se donner le droit d’aspirer à une meilleure vision de moi-même. J’ai commencé par imaginer comment serait ma vie si la course à pied en faisait une partie intégrante. La réponse à cette visualisation a été frappante: meilleure santé, esprit clair et vif, bonheur. Pour être franc avec vous, le bonheur arrive souvent (tout le temps?) à la fin de la course, rarement au début, surtout l’hiver! Mais jamais il ne m’est arrivé de revenir d’une course en regrettant d’y être allé.

T’identifier comme un coureur

Change ta façon de penser. Commence à te voir comme un coureur, fais-en ton identité. Déjoue la motivation. La motivation ne sera pas assez. Le succès commence en en faisant un processus. C’est à toi de définir les actions qui feront de toi un coureur. La première activité est de te donner une tâche bien précise sans adjectif ni adverbe: Je vais me réveiller à 5h30 et courir 8 km ce mercredi autour de mon quartier. Tu élimines l’élément de motivation de l’équation. Tu le fais, c’est tout. Bien… tu le feras seulement si tu as vraiment l’intention de t’identifier comme un coureur.

En passant, un coureur est quelqu’un qui court, pas quelqu’un qui court 5 km en 15 minutes ou un marathon sous 3 heures. N’importe qui peut se définir comme un coureur s’il en a envie.

1. Ajuste ton environnement

Modifie, déplace, arrange les choses autour de toi pour faciliter cette habitude. Déplace tes vêtements de course dans un endroit dédié, toujours prêts à être utilisé. Entoure-toi de livres et éléments te rappelant cette activité. Joins un club de course. L’idée est de ne rien laisser au hasard. En faisant de ton entourage une zone propice à la course, machinalement, tu iras, tu feras ce qu’il faut faire sans trop te poser de questions.

2. Change ton état d’esprit

Modifie ton discours intérieur de j’aimerais courir à je vais courir. C’est peut-être dur à lire mais force est d’admettre que ça reste une décision, votre décision. Ce choix dépend de la force de votre pourquoi. S’il est fort, vous sourirez et comprendrez ce paragraphe. S’il est faible, vous vous direz que c’est facile à dire et difficile à faire.

Tu peux attacher cette volonté à un élément de récompense. Dans mon habitude d’aller courir, j’ai cette routine de commencer par me préparer un ou deux espresso. Je procède comme ça depuis plusieurs années. Ma tête comprend: oh, il prépare son espresso, ça veut dire qu’on va bientôt courir. Les routines aident énormément à la formation et au maintien d’une habitude.

3. Présente toi

Que ça vous tente ou non, faites juste mettre vos vêtements de course. Point à la ligne. Ne sortez même pas courir. N’écoutez pas vos excuses. C’est l’habitude qu’il faut construire en premier lieu.

Essayer de réduire tout point de friction qui vous empêcherait de courir. Donnez-vous comme objectif de simplement vous présenter, habillé en coureur, devant votre porte d’entrée à 7h30. Que vous sortiez ou non n’a pas d’importance. Ne vous obligez pas à courir par la suite. Si votre tête ne veut toujours pas, revenez en arrière et réessayer demain. Ça parait stupide mais l’auteur, James Clear (Atomic Habits) s’est donné l’objectif d’aller au gym tous les jours pendant un à deux mois avec comme règle de ne pas passer plus de 5 minutes à l’intérieur du gym!

  • Objectif #1: se présenter
  • Objectif #2 (qui peut attendre): courir

4. Aime ça

Surveiller votre progression. Barrer physiquement, avec un crayon, les jours où vous avez couru. C’est normal de manquer une séance à l’occasion. Par contre, assurez-vous qu’une séance manquée ne se transforme jamais en une série de séances ratées.

Donnez-vous des récompenses saines; acheter des morceaux de vêtements de course qui vous manquent selon les conditions climatiques.

Bref, apprenez à votre cerveau à aimer la course et cette habitude que vous êtes en train de solidifier. En conclusion, l’idée est de tuer votre persona qui ne court pas, qui procrastine, qui ne se réalise pas comme vous le voudriez en le remplaçant par une meilleure version de vous-même. Je ne vous fais pas de cachette, il y aura beaucoup de résistance; cette version fera tout ce qui est en son pouvoir pour survivre. Mais sachez que cette version n’est pas vous, vous êtes qui vous voulez être. Si votre intention est de changer et de faire de la course une habitude, vous devrez mettre à mal cette autre version de vous qui ne s’identifie pas à ça. Il y aura des combats à mener. Bonne chance!