Encore une nouvelle année, encore le temps des résolutions! Malheureusement, si je dis que vous n’accomplirez pas ce que vous avez dit, les statistiques me donnent raison à 90%. Rabat-joie que je suis!

L’idée de prendre un moment pour refléter l’année qui se termine et anticiper la prochaine n’est pas mauvaise en soi. C’est le manque de sérieux de la démarche qui est coupable de votre échec annoncé.

Pourquoi?

Pour que ça fonctionne, faut faire face à ses démons. Qu’est-ce que vous souhaitez atteindre? Vraiment? En êtes-vous certain? À cette réponse, ajouter: pourquoi? À cette seconde réponse, ajouter: pourquoi? Répétez trois autres fois.

Les 5 P

Pourquoi, pourquoi, pourquoi, pourquoi, pourquoi? Vous aurez votre réponse après le cinquième pourquoi. Écrivez cette réponse en sharpie sur un carton que vous mettrai bien en vue.

Quand l’exécution des actions planifiées pour atteindre cette résolution sera difficile (peut-être autant mentalement que physiquement), lisez bien votre carton. Rappelez-vous pourquoi vous le faites. Les statistiques disent que 99,9% de vous ne fera pas ce que je vous suggère. La personne qui le fera a de sacré bonnes chances de réussite par contre.

L’humain est coupable de rechercher le confort par défaut, c’est dans notre nature. Sortir de son confort demande un effort extra. Très peu de gens sont prêts à faire cet extra. Si tout le monde le faisait, on n’appellerait pas ça un extra; le standard serait tout simplement plus élevé. On voit souvent ces gens en une des magazines, ils écrivent des livres, ils passent dans les médias, ils ont une réputation de high achievers. Lisez leur biographie et vous comprendrez. Avoir un pourquoi fort, fait sortir de sa zone de confort pas au quotidien, jour après jour, année après année. Et ça, c’est tough.

Chercher l’inconfort

Surfer sur une réussite est classique et facile. On a fait des efforts dans le passé, on les a célébré, fine. Mais il faut savoir quand arrêter de célébrer, se retrousser les manches et se mettre au travail.

Conclusion

Je n’y crois pas aux résolutions. Ça me rend triste quand j’entends celles des gens qui m’entourent. Je réalise qu’ils n’ont tout simplement pas le mindset pour y arriver. Ils échoueront et seront déçus d’eux-mêmes. Ils n’étaient pas préparés à réussir. Je ne veux pas péter leur bulle alors je leur souhaite bonne chance quand ils m’annoncent leur intention.

Mais non! …par contre, je vous dis bonne chance!

Je dis bon courage à ceux qui sont préparés à réussir. Je dis bonne chance à ceux qui ne le sont pas.